IMPACT DU COVID-19 SUR LES FEMMES EXERCANT LE PETIT COMMERCE INFORMEL DANS LA VILLE DE KINSHASA (RDC) CAS DE MADAME PAULINE OMONI VENDEUSE DES FRUITS, BANANES PLANTAINS ET ARACHIDES

IMPACT DU COVID-19 SUR LES FEMMES EXERCANT LE PETIT COMMERCE INFORMEL DANS LA VILLE DE KINSHASA (RDC) CAS DE MADAME PAULINE OMONI VENDEUSE DES FRUITS, BANANES PLANTAINS ET ARACHIDES

Le Département Genre et Promotion du Leadership féminin (GPLF) du Centre de Recherches et d’Etudes sur l’Etat de Droit en Afrique (CREEDA)(www.creeda-rdc.org) a lancé un projet de recherche de terrain visant à évaluer l’impact de la pandémie de coronavirus de décembre 2019 (Covid-19) sur les activités des femmes exerçant le petit commerce informel dans la ville de Kinshasa en République Démocratique du Congo (RDC). L’objectif de ce projet est de faire entendre la voix de ces femmes marginalisées et de contribuer à la restauration de leur autonomie financière d’avant la pandémie.  

Cette monographie a été réalisée sur Madame Pauline Omoni qui exerce ses activités au Quartier Livulu dans la Commune de Lemba. 

Madame Pauline Omoni habite le quartier Mbanza-lemba dans la commune de Lemba et est mariée, mère de plusieurs enfants. Son commerce tourne au tour des fruits (qui varient selon les périodes), les bananes plantains ainsi que les arachides. Son mari ne travaille presque pas, c’est un débrouillard. N’ayant pas fait beaucoup d’études pour trouver un travail qui pourrait couvrir les dépenses du foyer, Madame Pauline n’a trouvé d’autres métiers que d’exercer ce petit commerce informel. Elle y est depuis seize ans.

En savoir plus